Vers une liste harmonisée européenne des algues alimentaires ?

Un rapport recense toutes les algues utilisables en tant qu’ingrédients ou compléments alimentaires au sein de l’Union Européenne.
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Le JRC (ou Centre commun de recherche), service scientifique interne de la Commission Européenne a publié ce mois-ci un rapport qui recense toutes les algues utilisables en tant qu’ingrédients ou compléments alimentaires au sein de l’Union Européenne (JRC Publications Repository – Algae as food and food supplements in Europe (europa.eu)).

Un des points clés pour le développement du marché de l’algue alimentaire en Europe concerne le statut règlementaire des algues et leurs conditions d’utilisation. En effet les algues tombent dans le champ de la règlementation dite novel food (EU 2015/2283) et celles qui n’ont pas été traditionnellement consommées sur le territoire européen avant 1997 sont considérées comme des « aliments nouveaux » et nécessitent des dossiers d’autorisation.

Pour trouver des informations sur les algues autorisées en alimentaire, les acteurs devaient jusqu’à présent consulter plusieurs sources d’information parfois non exhaustives :

  • le catalogue novel food EU Novel food catalogue (v.1.2) (europa.eu) qui liste des ingrédients dont le statut novel food a déjà été évalué. Il liste essentiellement des produits dont l’historique de consommation comme aliment ou complément alimentaire a été établi.
  • la liste de l’Union européenne des aliments nouveaux : Union list of novel foods (europa.eu)
  • des listes officielles et non officielles des pays membres
  • la synthèse règlementaire CEVA sur le statut des algues alimentaires en France et en Europe !

Afin de rendre plus lisible le statut des algues pour tous les acteurs de la filière, que ce soit en tant qu’aliments ou compléments alimentaires, le JRC a réalisé une compilation de toutes ces données. Le rapport inclut une mise à jour des noms taxonomiques et permet de connaitre quelles sont les algues utilisables et pour quelles applications.

Alors, concrètement, quoi de neuf ? Combien d’algues peuvent être utilisées en alimentaire ?

Il est toujours délicat de donner des chiffres précis car ce sont parfois des genres qui sont autorisés et parfois des noms d’espèces plus précis. Et les récentes évolutions dans la taxonomie des algues rendent parfois difficile cette cartographie des espèces consommées avant 1997.

Globalement, à ce jour 39 genres d’algues différents pourraient être utilisées en alimentaire en Europe avec dans la plupart des cas une spécification des espèces autorisées : 39 genres et/ou espèces de macroalgues et 22 genres et/ou espèces de microalgues.

A noter que les utilisations peuvent être différentes :

  • 27 genres et/ou espèces ne sont utilisables que dans les compléments alimentaires
  • 5 genres et/ou espèces ne sont utilisables que comme ingrédients dans les produits alimentaires
  • et 29 genres et/ou espèces sont utilisables comme compléments alimentaires ou comme ingrédients.

On est loin du premier avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France de 1990 qui autorisait une douzaine d’algues/microalgues en alimentation humaine en tant que condiments ou légumes.

Rappelons tout de même que ce rapport technique n’a pas de valeur légale à ce stade. Mais ce travail minutieux va permettre d’avoir dans le futur, nous l’espérons, une mise à jour exhaustive du catalogue novel food européen.

Plus d’infos sur la réglementation sur le blog du CEVA:

Inscrivez-vous à notre newsletter

Infos scientifiques, événements à venir, réglementation...

Autres articles

On reste
en contact

ABONNEMENT

Inscrivez-vous pour accéder à l'ensemble des informations

Premium

Une adhésion annuelle pour accéder aux services exclusifs : formations en ligne, ateliers pratiques, conseils, réseautage d'affaires... Plus d'infos

small_c_popup-sensalg

Laissez-nous votre adresse

Vous recevrez votre livre blanc par e-mail

small_c_popup-sensalg

remise à zéro

Purge les infos de segments du mail