Témoignages d’entreprises

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Industriels ou algoculteurs, responsables R&D ou entrepreneurs, professionnels de l’agroalimentaire ou de l’aquaculture… pourquoi ont-ils adhéré à Sensalg’ ?

« Pour que les français consomment davantage d’algues, il faut qu’elles arrivent dans leurs assiettes. Le programme Sensalg’ participe à cette dynamique », explique d’André Berthou, récoltant d’algues. Pour celui qui se voit comme un paysan de la mer, adhérer au programme Sensalg’ allait de soit. Il connaissait déjà Hélène Marfaing, l’une des experte Sensalg’, et voulait participer à un projet qui participe à construire cette filière qu’il accompagne depuis plusieurs années. « Mais dans le respect de la ressource », précise-t-il. « Il est important de travailler en tenant compte des règles de gestion en récolte à pieds et algoculture. »

Un autre point crucial qui anime les adhérents, c’est la conviction que les algues ont encore beaucoup à nous apporter du point de vue nutritionnel, mais aussi gustatif. Si son utilisation est commune en Asie, l’Europe doit encore imaginer comment marier cette plante à son patrimoine gastronomique. Depuis le cuisinier local jusqu’au responsable R&D d’une société agro-industrielle, ils sont nombreux à sentir le potentiel des dulce, kombu royal et autres wakamé.  » Les algues représentent une ressource qui a encore, j’en suis convaincu, beaucoup à nous apprendre », confirme Jean-Baptiste Wallaert, le président de la chambre syndicale des algues et végétaux marins.

S’appuyer sur les connaissances d’experts en algues pour innover dans l’agro-industrie, Philippe Chancerel connaît ! Il était déjà présent lors de la première phase du projet porté par les centres techniques breton d’ACT food Bretagne. Celui qui est aujourd’hui directeur scientifique au sein du groupe Jean Hénaff et de GlobeXplore l’affirme : « En tant qu’entreprise Finistérienne pionnière des algues alimentaires et des spécialités à base d’algues, intégrer le projet Sensalg’ était pour nous une évidence. »

Mais n’y a-t-il pas dès lors une difficulté pour de nouvelles entreprise à rejoindre des adhérents qui sont également des concurrents ? Pour Jean-Yves Thébaudin, directeur d’ACT food Bretagne, structure qui porte le projet Sensalg’, la question n’a pas lieu d’être : « Les entreprises connaissent les centres techniques qui portent le projet Sensalg’ : Adria, le CEVA, IDmer, Vegenov ou ZOOPOLE développement et savent que ces structures sont habituées aux questions de confidentialité, notamment en matière de R&D. L’idée est de travailler en synergie pour les connaissances scientifiques profitent ensuite à tous.« 

L’objectif est donc clair : développer et partager la connaissance des algues pour la filière, mais aussi, in fine, pour le consommateur.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Infos scientifiques, événements à venir, réglementation...

On reste
en contact

ABONNEMENT

Inscrivez-vous pour accéder à l'ensemble des informations

Premium

Une adhésion annuelle pour accéder aux services exclusifs : formations en ligne, ateliers pratiques, conseils, réseautage d'affaires... Plus d'infos

small_c_popup-sensalg

Laissez-nous votre adresse

Vous recevrez votre livre blanc par e-mail

small_c_popup-sensalg

remise à zéro

Purge les infos de segments du mail